La prévention des maladies du cœur

Nous parlions récemment des vertus de la pomme au sujet de la prévention des maladies cardiovasculaires. Alors que se termine le Mois du cœur, revenons sur le sujet pour nous pencher sur les éléments de base de la prévention des maladies du cœur. Les risques de maladie du cœur Les maladies du cœur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) figurent parmi les principales causes de décès au Canada. C’est pourquoi la prévention est si importante. Parmi les facteurs de risques, certains sont hors de notre contrôle, comme l’âge, le sexe, les antécédents familiaux, l’origine ethnique et le fait d’avoir déjà subi un AVC. Toutefois, plusieurs autres facteurs de risque sont des éléments que nous pouvons maîtriser. Il vaut donc la peine d’en prendre connaissance et d’en tenir compte! La pression artérielle Facteur de risque majeur, l’hypertension artérielle survient lorsque la pression artérielle est élevée dans les artères, ce qui force le cœur à faire plus d’efforts pour pomper le sang dans le corps. Il est donc important de faire vérifier votre pression régulièrement et d’apprendre les trucs qui vous aideront à la maîtriser. Le cholestérol Le cholestérol sanguin est lui aussi un important facteur de risque de maladies du cœur et d’ACV. Il y a deux sortes de cholestérol : le « mauvais » et le « bon ». Dans le doute, assurez-vous que votre médecin fasse en sorte que soit vérifié votre taux de cholestérol. Il pourra aussi vous renseigner sur les manières de le gérer. Le diabète Naturellement, lorsqu’on souffre de diabète, on ne peut pas s’en débarrasser aussi facilement que l’on se débarrasse du tabagisme, mais il demeure important de savoir...

Cesser de fumer, plus facile avec les réseaux sociaux

Comme nous en parlions il y a quelque temps, il n’est jamais trop tard pour cesser de fumer. Les bienfaits commencent à se faire sentir rapidement, peu importe l’âge du nouveau non-fumeur. Par ailleurs, les méthodes susceptibles d’aider les gens à cesser de fumer sont nombreuses, des timbres (ou patches) à l’hypnose, en passant par les gommes à la nicotine. Mais au-delà de la méthode choisie, un autre élément clé semble vouloir s’imposer comme faisant partie d’une stratégie gagnante : le soutien des pairs à travers les réseaux sociaux. En effet, un chercheur de l’Université de Géorgie, aux États-Unis, a mis en lumière les bienfaits de l’appui que s’apportent en ligne, mutuellement, les personnes qui cessent de fumer. Dans cette étude parue en septembre 2013, le chercheur Joe Phua démontre comment les personnes qui vont chercher du soutien dans des réseaux sociaux spécifiquement consacrés à la santé et à l’arrêt du tabagisme considèrent qu’il leur est plus facile de cesser de fumer. Un appui précieux En examinant de tels sites Web de réseautage social, le chercheur a constaté que plus nombreux sont les gens qui s’y inscrivent, plus ces membres ressentent un sentiment d’appartenance à la communauté qui se crée. Les gens s’identifient aux autres participants, ils donnent et reçoivent des conseils et un soutien social de plus en plus solide et utile. Ainsi se crée un lien de confiance entre les participants, cette confiance étant en elle-même un vecteur d’amélioration du soutien. De plus, la participation à de tels réseaux sociaux sur Internet est généralement gratuite et facile d’accès, ce qui est propice à la participation des gens, surtout...