Reconnaître et diminuer le stress des personnes âgées – Laval, Montréal

Reconnaître et diminuer le stress des personnes âgées – Laval, Montréal

Bien des gens perçoivent la retraite comme une période des plus relaxantes, mais le processus du vieillissement peut être stressant pour les aînés. C’est d’autant plus vrai pour ceux qui ont des problèmes de santé, qui perdent graduellement leur autonomie ou qui voient partir des amis et des membres de leur famille. Voyons un peu diverses manières de comprendre, de reconnaître et de diminuer le stress dans la vie d’une personne âgée. Les puissantes hormones du stress Le stress amène le corps à sécréter du cortisol, une hormone qui endommage l’hippocampe, une région du cerveau qui joue un rôle capital dans l’enregistrement et le rappel des souvenirs. Les scientifiques ont aussi fait des liens entre l’augmentation des hormones du stress et des problèmes de santé graves, comme les maladies du cœur, l’hypertension et un affaiblissement du système immunitaire. Plus nous vieillissons, plus notre corps a de la difficulté avec la régulation hormonale, ce qui rend ces effets plus néfastes chez les aînés. Reconnaître les signes du stress chez les aînés Le stress n’a pas de symptôme précis apparaissant chez toutes les personnes stressées. C’est pourquoi il est difficile de reconnaître le stress d’une personne âgée. Néanmoins, les proches et les aidants naturels d’un aîné peuvent demeurer vigilants et surveiller certains signes, surtout après des événements majeurs dans la vie de la personne concernée. Parmi les indices du stress affectant une personne âgée, on peut nommer les changements dans l’appétit ou les habitudes alimentaires, les troubles du sommeil, les changements d’humeur, des rhumes ou des grippes plus fréquents et la perte d’intérêt envers les activités habituelles du quotidien. N’oubliez pas...
5 choses à savoir sur la dépression chez les aînés – Laval, Montréal, Rive-Sud

5 choses à savoir sur la dépression chez les aînés – Laval, Montréal, Rive-Sud

Selon une étude de l’Institut de la statistique du Québec, 20 % des personnes âgées au Québec montrent des signes de dépression. La dépression chez les aînés est encore plus répandue chez ceux qui vivent en centre d’hébergement. De plus, une forte majorité des aînés ne cherchent pas à obtenir de l’aide pour faire face à leur dépression. Celle-ci demeure souvent non diagnostiquée, et les personnes qui en souffrent ne savent pas toujours reconnaître ses symptômes. Pour les aidants qui côtoient des aînés au quotidien, il est important de savoir reconnaître les signaux de la dépression. Leur vigilance peut faire en sorte que leurs proches ne souffriront pas en silence ou inutilement. Voici cinq choses importantes que tout aidant doit savoir afin de reconnaître la dépression et d’obtenir un diagnostic et un traitement. C’est un bon moyen d’aider leur proche à faire face à la dépression. 1. Reconnaître les signes Naturellement, tous les gens ne montrent pas les mêmes symptômes en cas de dépression, mais les signes qui suivent peuvent servir d’indice que quelque chose ne va pas. Un état d’abattement persistant; des sentiments d’anxiété, de peur, de culpabilité ou d’inquiétude; la douleur psychologique; la perte d’intérêt envers des activités autrefois aimées; les troubles du sommeil; la perte d’énergie ou la fatigue chronique; l’irritation ou l’impatience envers tout et rien; des changements dans l’appétit, la perte ou la prise de poids; des difficultés de concentration. 2. Les comportements symptomatiques Lorsque la dépression n’est pas soignée, les aînés qui en souffrent peuvent voir leur santé émotionnelle et physique affectée de diverses façons. Voici certains symptômes et indicateurs à surveiller. Les crises...

Campagne de sensibilisation sur les signes précurseurs la maladie d’Alzheimer

Dans le cadre du Mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer, la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer (FQSA), les 20 Sociétés Alzheimer du Québec en coopération avec la Société Alzheimer du Canada ont lancé une campagne nationale intitulée « Les 72 % ». Le titre de cette campagne vient du fait que 72 % des personnes atteintes de la maladie au Canada sont des femmes. L’objectif de cette campagne d’information consiste à informer les femmes de plus de 40 ans sur les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer et sur les services offerts par les Sociétés Alzheimer. Durant le mois de janvier, la FQSA publie dans les réseaux sociaux des rappels des 10 principaux signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer. Nous vous invitons à les consulter et aussi à les partager avec votre entourage, afin que cette information soit connue du plus grand nombre. Vous pouvez trouver toute l’information dans la page Facebook de la FQSA et dans son site Web. La campagne se déroule aussi sur Twitter, avec le mot-clic...