Médicaments : comment encourager l’adhésion au traitement chez les aînés – Laval, Montréal, Rive-Sud

Médicaments : comment encourager l’adhésion au traitement chez les aînés – Laval, Montréal, Rive-Sud

À mesure que nos aînés avancent en âge, ils font face à des changements et à de nouveaux défis de santé. Des médecins ou des spécialistes prescrivent ou recommandent des médicaments, des comportements ou des exercices destinés à les aider à rester en bonne santé et à maintenir un bon équilibre de vie. La prescription de médicaments est une chose assez commune pour les aînés, et le fait de suivre toutes les indications fournies par les professionnels peut sembler assez élémentaire. Mais du point de vue de l’aîné, la prise de divers médicaments fait partie d’une réalité complexe et parfois difficile. Ses pensées, ses émotions, ses inquiétudes ou ses capacités sont autant de facteurs qui peuvent l’amener à ne pas suivre correctement la posologie de ses médicaments. Il est important que des proches soient conscients de l’existence de ces barrières afin d’aider l’aîné à bien prendre soin de lui. Les barrières au suivi des prescriptions Les aînés traversent des changements cognitifs, physiques et pratiques qui les mettent face à divers défis. Ces changements et ces défis peuvent créer des obstacles qui dissuadent les aînés de s’en tenir aux schémas thérapeutiques et aux prescriptions qui ont été faites pour les garder en bonne santé. Les bons soins d’un proche aidant peuvent abattre plusieurs de ces obstacles. Il s’agit d’aider la personne âgée à mieux comprendre et gérer l’ensemble de sa médication tout en respectant une routine bien établie. Certaines barrières proviennent de jugements plus émotifs à l’égard des médicaments. L’Organisation mondiale de la santé nomme les barrières suivantes en ce qui concerne l’adhésion au traitement par rapport aux médicaments chez...

Pamplemousse et médicaments : attention!

Vous aimez le pamplemousse ou le jus de pamplemousse? Vous prenez des médicaments? Attention! Réunis, ils peuvent créer un cocktail dangereux! Nous avons parlé récemment des risques de réaction indésirable à un médicament, mais dans ce cas-ci, il est important de souligner la possibilité d’un mélange précis aux effets nuisibles. Les chercheurs savent déjà depuis 20 ans que certains médicaments et certains jus d’agrumes interagissent dangereusement, mais le nombre de médicaments qui réagissent mal au pamplemousse a plus que doublé au cours de quatre dernières années. L’interaction néfaste L’effet nocif du pamplemousse survient dans la métabolisation du médicament, c’est-à-dire le processus naturel de transformation des substances dans l’organisme. En fait, le pamplemousse empêche l’organisme de métaboliser le médicament. Autrement dit, il fait en sorte que le médicament s’accumule dans l’organisme jusqu’à atteindre des quantités dangereuses dépassant de beaucoup la posologie prévue. Les résultats varient selon les médicaments : leur accumulation peut augmenter le risque d’effets secondaires graves ou bien, si un médicament ne devient actif qu’au moment de sa métabolisation, le pamplemousse aura pour effet de l’empêcher d’agir. Il faut noter aussi que le pamplemousse (tout comme son jus) n’est pas le seul fruit à avoir cet effet. Notons que le pomelo, la limette et les oranges de Séville font l’objet des mêmes avertissements. Si vous ne consommez pas de ces fruits, peut-être prenez-vous des produits naturels qui en contiennent? Vérifiez-en les ingrédients! Les effets du pamplemousse sur les médicaments peuvent se faire sentir durant trois jours après la consommation du fruit. Ainsi, il ne s’agit pas seulement de prendre les médicaments à un moment différent de la journée par rapport...