Braver la douleur chronique chez les aînés – Laval, Montréal

Braver la douleur chronique chez les aînés – Laval, Montréal

Le fait d’avoir à tolérer une douleur constante et parfois paralysante peut amener les aînés à se retirer de leurs activités et de leurs relations, jusqu’à cesser de prendre part à des aspects de leur vie qui sont satisfaisants et agréables. Beaucoup de personnes âgées acceptent simplement la douleur comme faisant partie du vieillissement et ne cherchent pas de soutien ni de traitement. Il est donc important que les aidants naturels et les proches demeurent attentifs aux changements de comportement afin de reconnaître les situations de douleur chronique et d’encourager les aînés à agir avant que la douleur ne soit trop grande. Qu’est-ce que la douleur chronique? La douleur chronique, par opposition à la douleur aiguë, est une douleur qui dure pendant une période prolongée. Ce type de douleur obstinée provient souvent d’un problème de santé chronique sous-jacent, mais il y a des circonstances dans lesquelles aucune cause précise de douleur ne peut être trouvée. Dans ces cas, la douleur chronique est décrite comme une maladie en soi. La douleur chronique peut être accablante. Elle peut donner l’impression de prendre le dessus sur la vie d’un aîné, mais il existe des stratégies et des comportements qui peuvent aider à soulager la douleur. Des signes de douleur chronique De nombreuses personnes âgées acceptent simplement la douleur comme faisant partie du processus de vieillissement. Elles essaient simplement de l’endurer plutôt que de chercher de l’aide. Il est toutefois important que les aînés parlent à un professionnel de la santé lorsqu’ils souffrent de douleur chronique. Ce professionnel pourra essayer de trouver les causes sous-jacentes en vue de traiter celles-ci avant que la...
L’acupuncture pour les aînés de Montréal, Laval et la Rive-Sud

L’acupuncture pour les aînés de Montréal, Laval et la Rive-Sud

Il va sans dire que la médecine traditionnelle joue un rôle majeur et incontournable dans le diagnostic et le traitement des problèmes de santé qui touchent les personnes âgées. Sans remettre en question cet état de fait, bien des gens s’intéressent à d’autres formes de médecine qui peuvent aider les aînés à faire face à diverses difficultés qui se présentent avec le vieillissement. Parmi les formes de médecine alternatives qui ont fait leurs preuves en cette matière, il y a l’acupuncture. Pratiquée un peu partout dans le monde, l’acupuncture est une discipline bien établie au Québec et facilement accessible dans la région de Laval, de Montréal et de la Rive-Sud. Voyons un peu de quoi il s’agit. Une profession selon la loi La pratique de l’acupuncture est régie de façon très stricte au Québec. En vertu du Code des professions, « seuls les membres de l’Ordre des acupuncteurs du Québec ont le privilège de dispenser des soins d’acupuncture et de porter le titre d’acupuncteur ». Pour être membre de cet ordre professionnel, il faut réussir une formation précise et respecter plusieurs règles qui encadrent la pratique, y compris un code de déontologie. Qu’est-ce que l’acupuncture? Selon la Loi sur l’acupuncture, l’exercice de cette discipline de la médecine traditionnelle orientale est constitué de « tout acte de stimulation, au moyen d’aiguilles, de certains sites déterminés de la peau, des muqueuses ou des tissus sous-cutanés du corps humain dans le but d’améliorer la santé ou de soulager la douleur » (article 8). Dans sa forme la plus répandue, l’acupuncture consiste en l’insertion de petites aiguilles très minces en divers endroits du corps. Mais ce n’est pas...

Arthrite : je raconte ma douleur

Nous en parlions récemment : la douleur chronique est un fléau répandu. C’est même l’un des problèmes de santé les plus sous-estimés. Sous-estimée, la douleur chronique? Une chose est sûre : les personnes qui souffrent d’arthrite ne la sous-estiment pas du tout! Parler de la douleur, ça soulage Quand on ne peut pas éliminer la source de la douleur, il ne nous reste qu’à apprendre à vivre avec elle. Il existe divers moyens de nous aider à gérer ce mal constant, de la méditation aux médicaments, en passant par la psychologie. Cela dit, n’oublions pas ce bon vieux médicament qu’on appelle le partage. Parler de notre douleur avec des gens qui en souffrent comme nous peut nous aider beaucoup à accepter notre condition. La Société de l’arthrite a lancé une vaste opération Web qui fait du bien. En effet, elle a créé le site Web Je raconte ma douleur, au www.madouleur.ca. Voici comment cette initiative est présentée : « Chaque jour, vous ou l’un de vos proches vivez avec la douleur de l’arthrite. Vous n’êtes pas seul. Au Canada, plus de 4,6 millions de personnes doivent composer avec la douleur bien réelle de l’arthrite ainsi que ses répercussions physiques, émotives et financières. Et il faut que ça change. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez aider. En prenant quelques minutes sur ce site pour raconter comment la douleur arthritique bouleverse votre vie, vous nous fournirez de précieux renseignements sur ce qui compte pour vous. Vos expériences nous aideront à déterminer ce qui doit être fait pour améliorer la qualité de vie des personnes qui vivent avec la maladie d’un bout à l’autre du pays....

Quand la douleur s’éternise

Chaque être humain fait l’expérience de la douleur à quelques moments dans sa vie. Les sources de douleur et la durée de celle-ci peuvent être très variées. En principe, la douleur sert de signal de protection, elle nous permet de savoir que quelque chose ne va pas avec notre corps afin que nous fassions le nécessaire pour le protéger et le soigner. Par contre, la douleur devient parfois chronique au lieu de n’être que passagère. Dans ces cas-là, elle ne nous est plus utile… En fait, elle peut nous empoisonner la vie. Dans un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé publié en 2004, le professeur Harald Breivik déclarait que « la douleur chronique est l’un des problèmes de santé les plus sous-estimés dans le monde aujourd’hui ». Les aînés y goûtent La douleur chronique est un problème de santé important chez les aînés. Selon un rapport de Statistique Canada (1) publié en 2008, 27 % des personnes âgées vivant à domicile éprouvaient de la douleur sur une base régulière. Selon une autre étude (2), cette proportion irait même jusqu’à 50 %! Les remèdes Le premier réflexe de bien des gens à l’égard de la douleur, hormis les traitements médicaux eux-mêmes, est de se tourner vers les médicaments analgésiques, c’est-à-dire qui atténuent la douleur. Cependant, en plus des effets secondaires indésirables que ces médicaments peuvent parfois provoquer, on constate qu’ils ne suffisent souvent pas à la tâche. Stephen J. Gibson, chercheur australien spécialisé dans la douleur, est venu à la conclusion que les aînés rapportent une meilleure efficacité des médicaments lorsque la consommation de ceux-ci est combinée à des traitements non pharmacologiques (3). De...