Une vie sociale, c’est bon pour la santé!

Saviez-vous que le fait d’avoir une vie sociale est directement lié à une bonne santé? On se doute bien que ça puisse être bon pour le moral d’avoir des amis, mais il semble effectivement que cela nous aide aussi à être en meilleure forme physiquement. C’est ce que montre une étude publiée récemment dans Annals of Behavioral Medicine par des chercheurs de l’Université Concordia, à Montréal. Jean-Philippe Gouin, professeur de psychologie, a suivi avec ses collègues un groupe d’étudiants étrangers qui vivaient une situation de changements quant à leur intégration sociale à la suite de leur déménagement à Montréal. Les observations des chercheurs montrent que les personnes qui ont pu construire un réseau de soutien solide sont en meilleure santé. Durant cinq mois, les étudiants ont répondu à des questionnaires conçus pour évaluer leur capacité à s’intégrer socialement et pour mesurer le degré de solitude qu’ils éprouvaient. Les chercheurs ont aussi mesuré le pouls des participants dans le but de déceler d’éventuels changements dans ce qu’on appelle la variabilité cardiaque de haute fréquence. La vie sociale et les battements du cœur On s’intéresse au rythme cardiaque car il constitue un bon indicateur du fonctionnement du système nerveux parasympathique. « D’autres recherches ont montré que les personnes accusant une plus faible variabilité de la fréquence cardiaque présentent un risque accru de détérioration de leur état de santé, notamment un plus grand danger de maladies du cœur, précise le professeur Gouin. En d’autres mots, une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque est de mauvais augure », résume-t-il. L’étude a montré que les participants qui s’étaient fait des amis et s’étaient intégrés...

Des conseils pour combattre la solitude chez les aînés

C’est trop souvent le cas chez les aînés : la retraite, un déménagement ou le décès de nos proches ou de notre conjoint réduisent radicalement notre vie sociale. Notre isolement et notre solitude peuvent devenir importants et difficiles à vivre. Voici quelques conseils pour renverser la vapeur. Quelques trucs anti-solitude Premier conseil et non le moindre : ne vous apitoyez pas sur votre sort et prenez conscience que vous êtes capable de remédier à la situation. Pour prévenir l’isolement, une chose est incontournable : rester actif! Dans la mesure du possible, sortez tous les jours. Faites vos courses à petite échelle, mais plus souvent, sortez prendre un café, etc. Chaque fois que vous mettez le pied dehors est une nouvelle occasion de parler un peu à des gens au lieu de rester complètement seul à la maison. Les activités possibles demeurent nombreuses, surtout si vous avez une bonne mobilité. Quels sont vos intérêts? Qu’aimez-vous faire? Vous pouvez trouver des associations, des clubs et des centres culturels dans ces domaines près de chez vous. Des suggestions pour une vie sociale active Connaissez-vous l’Université du troisième âge? Elle offre des cours, des conférences, des ateliers et des activités physiques à travers ses 28 antennes réparties dans 10 régions du Québec. Si vous aimeriez faire des découvertes tout en rencontrant des gens, voilà une option! Si, plutôt qu’apprendre vous souhaitez transmettre vos propres connaissances aux plus jeunes, jetez un coup d’œil à l’organisation L’amitié n’a pas d’âge. Sa mission est de « favoriser le rapprochement entre les aînés et les jeunes pour le développement d’une société plus inclusive et solidaire ». Elle organise de nombreuses activités enrichissantes. Vous pouvez...